Vous êtes ici

CIE DU CHIEN DANS LES DENTS

CE QUE NOUS FERONS


Nous avons un projet futur : on prendra nos biographies et on en fera des fictions. On prendra des fictions et on y croira comme à nos propres vies. On se transformera. Le monde se transformera. On se risquera, on aimera ça, on se dira que risquer et désirer ça rime, que nos désirs portent nos risques et que nos risques portent peut-être nos réalités de demain. On cherchera nos points d'ancrage sur un sol meuble, on se préparera…

Comment échapper aux récits de la fin, aux projections du pire, comment ne pas céder à la paralysie ou à l’immobilisme ? Pouvons-nous regarder le monde qui nous entoure et en témoigner, sans être écrasés par notre sentiment d’impuissance ? Cela nécessite de mettre au jour nos ressources profondes : une vitalité première, un sens de l’invention, comme un enfant qui, parce qu’il se raconte des histoires, nourrit sa capacité à créer, construire et devenir.
Nous faisons justement ce pari, celui du devenir. Nous prenons ce pari comme un terrain de jeu, d’explorations : qui sommes-nous ? Comment sommes-nous devenus ceux que nous sommes aujourd’hui ? Quels chemins avons-nous empruntés et quelles directions donner désormais à nos trajectoires ? Quels désirs nous poussent, qu’y a-t-il en germe dans notre présent, dans nos "présences", qu’est-ce qui demande à naître ?

15 et 16/11 > Fest TrafiK - Bergerac (24)
06/12 > La Centrifugeuse - Pau (64)
12 au 20/12 > Le Glob - Bordeaux (33)
31/01 > Les Carmes - La Rochefoucauld (16)





Genre
théâtre

Saison
2018/2019

Compagnie

CIE DU CHIEN DANS LES DENTS

DU CHIEN DANS LES DENTS est née de la nécessité de porter des projets singuliers, en marge des codes majoritaires. La compagnie est auteure de ses projets dont l’écriture est toujours soumise au collectif et à l’épreuve du plateau. Elle emprunte au burlesque dont elle cherche une écriture plus acide et contemporaine, jouant d’un trouble entre les genres: dramatique / burlesque, présentation / représentation, témoignage / mystification…

Elle défend des propositions surréalistes dont la logique, plus poétique que rationnelle, peut échapper au profit d’un mystère : « c’est de la forme que surgit le sens et non l’inverse ». L’énergie que produit le jeu est au centre du travail de la compagnie. Le jeu n’est pas seulement ludique, il est du côté du décalage critique, de la transformation, c’est un mode de relation. C’est à travers l’ambiguïté du jeu que nous cherchons à tisser une relation avec les spectateurs.

Bordeaux
cieduchiendanslesdents@gmail.com