Vous êtes ici

Frédéric Desmesure

Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d ’Arles en 1991, Frédéric Desmesure scrute avec acuité la région Aquitaine dont il est originaire. Ses nombreuses photographies, qu’elles témoignent du travail des artistes, du rugby de clocher ou de la vie au village, débordent d’humanité et d’humilité. Car son talent s’efface derrière le sujet qu’il prend le temps d’appréhender. Jamais esthétisante, sa démarche est politique, à l’instar d’un travail en cours intitulé De la posture à l’imposture qui l’amène à parcourir l’Europe. Ses milliers de clichés constituent aujourd’hui un incomparable récit d’images à l’évidente force constatative chère à Roland Barthes. Frédéric Desmesure est un auteur.

« Ma culture du photo-reportage imprègne sans aucun doute cette vision : j’essaie d’enregistrer un évènement, un moment pour le traduire et en rendre compte par une image. Condenser le temps, l’espace et la lumière en deux dimensions : du plat… Une photographie. Aussi le metteur en scène, le chorégraphe qui a pris le plus grand soin pour raconter son histoire, sa pensée, son émotion, propose à un public une œuvre parfaitement définie par sa temporalité et ses contours géométriques : un événement, des acteurs et une scène en trois dimensions. Ce mimétisme à la vie, à la vrai vie faite de bonheurs, de drames, d’anecdotes, d’ennui… est interprétable par un photographe. Disons que je suis bon public… je rentre très vite dans l’univers d’un artiste, et je crois ce que je vois (une possible définition de l’imagination), comme dans un rêve les yeux fermés (série [Insides] pourNovart 2007). Peut-être pour rejoindre un aphorisme de Nietzsche quand je photographie je dois avoir le même sérieux et la même application qu’ont les très jeunes enfants avec leurs  jeu x. Les artistes dansent, jouent, rient, pleurent, et je photographie. Donc j’applique mes techniques et la virtuosité des reporters de presse à la photographie de spectacles en cherchant à la fois le bon cadrage et le bon instant : à partir d’une forme, redonner du sens (je pense à l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson qui inspire toujours encore ma pratique). J’ai beaucoup de mal à rester en place pendant une répétition générale, il faut que je tourne, me fonde dans le sujet, me rapproche pour ne pas louper une possible image qui peut surgir à tout moment. Un spectacle n’est jamais strictement pareil le lendemain, il est vivant comme un être photographié, fragile et puissant, sensible et abstrait, si proche et si inaccessible. »  FREDERIC DESMESURE