Vous êtes ici

LA COMA

CARTEL


« Avec le projet de création Cartel j’ai choisi de tenter une collaboration particulière avec d’anciens danseurs étoiles. Comme pour mes précédentes pièces, tout ce qui sera constitutif de ce projet résultera de ma nécessité à générer une organisation du vivant inattendue mais, aisément reconnaissable - quand on pourra y déceler certains traits communs en matière de destinée humaine. Comment ces professionnels confirmés à la vie saturée par l’excellence d’un savoir-faire et ses croyances associées sauront retrouver une marge de liberté dans une sorte d’élan testamentaire ? Il s’agira donc d’engager un travail de dépossession avec des danseurs arrivés au seuil d’une transition/reconversion dans leur histoire professionnelle et personnelle. Une sorte de dynamique de décroissance, qui cherchera à mettre au jour ce qui constitue et a constitué la verticalité intime, professionnelle et sociale de chaque danseur. Il s’agira aussi d’interroger en creux une discipline historiquement référencée et protégée qui continue d’entretenir avec le présent une bien étrange relation… Quand, cet art de la danse qui sublime le corps dans une virtuosité normée, continue de laisser ses empreintes dans l’histoire de l’art vivant. Si, dans la collectivité humaine, mon intérêt continue de se diriger intuitivement vers des hommes, je m’intéresse plus particulièrement à ceux qui choisissent de mener des expériences en « amateurs », ceux qui aiment, cultivent et entretiennent au quotidien leur passion pour une pratique particulière et qui, dans le même temps, ont dû apprendre à adopter une posture d’évitement. En choisissant de s’investir professionnellement dans une activité telle que la danse classique, les interprètes de Cartel se sont assurés la promesse d’une ascèse quotidienne : celle de les entretenir dans une distance permanente avec l’ordre du monde. Ainsi, CARTEL parlera surtout des hommes, d’une communauté emblématique d’hommes, dont l’art de la danse leur a imposé très tôt de s’extraire du monde, d’en esquiver sa complexe fréquentation. Et d’accepter un jour que l’âge les contraigne à rejoindre les conditions héroïques de l’homme ordinaire… »





Genre
danse
pluridisciplinaire

Type d'aide à la diffusion
Coréalisation en Nouvelle-Aquitaine

Saison
2016/2017

Prochaines dates
De la tournée
mar, 17/01/2017
LES 13 ARCHES (19100)

Compagnie

LA COMA

Créée en 1995 et ironiquement identifiée comme centre de profit en 2003, la coma reste une modeste entité culturelle, destinée à couvrir la diversité des pratiques artistiques que Michel Schweizer s’applique à développer en direction des publics et en faveur d’une redéfinition de la notion de « profit ». Faire qu’on puisse penser collectivement la nécessité d’un espace public où le temps passé serait le bénéfice d’une expérience culturelle, sociale et/ou artistique, suppose alors de penser toute action artistique comme une expérience sensible (sociale) et esthétique (artistique), capable de redynamiser du désir désintéressé chez chacun d’entre nous. Pour ce faire, depuis 13 ans, la coma ne saurait envisager autrement son travail que dans une attitude et une entreprise de résistance politique à un climat social bien délétère… Inclassable, bien qu’inscrit dans le champ chorégraphique, Michel Schweizer opère, dans ses différentes créations, un croisement naturel entre la scène, les arts plastiques et une certaine idée de « l’entreprise ». Sa pratique consiste à décaler les énoncés et à réinjecter une réalité sociétale ou humaine sur scène, en admettant avec pessimisme ce qu’on ne peut admettre. Il évite soigneusement de travailler avec des professionnels de la scène théâtrale ou chorégraphique, appelle ses interprètes des « prestataires de services », « confirmés ou déficitaires » qu’il s’applique à « délocaliser » et se désigne lui-même comme manager. 

 

BORDEAUX
contact@la-coma.com
Site Internet